2017, je compte un peu sur toi.

mercredi, janvier 18, 2017


L'autre jour, je me suis réveillée avec cette envie de refaire mon monde.


C'est peut-ĂȘtre parce qu'on entame une nouvelle annĂ©e. Je sais qu'on entend mille fois ce genre de choses pendant le mois de janvier et ça finit par ĂȘtre aussi Ă©nervant que les gens qui continuent de te souhaiter "bonne annĂ©e" alors que clairement, le 1er est loin derriĂšre nous, mais moi aussi je peux ĂȘtre chiante. Parfois. Pas tout le temps.

Y avait un truc qui me chiffonnait depuis quelque temps, rien de grave, juste un truc de fille trop connectĂ©e. Depuis que je fais parti des SacrĂ©es Blogueuses, je reçois des demandes d'amis sur ma page Facebook perso, alors bien sĂ»r, je ne les acceptais que si j'avais parlĂ© Ă  la personne de visu et que le courant passait et puis je me suis dit que malgrĂ© tout, j'avais le droit de me garder une petite gĂȘne (comme disent les quĂ©bĂ©cois). Du coup, j'ai fait le tri dans mes contacts parce que je n'ai pas envie de tout mĂ©langer. Avant d'ĂȘtre Jasmin la Community Manager des SB #LaMeufQuiSeLaRaconte, je suis Jasmin. Point. Et c'est important pour moi de faire la part des choses. Donc, tout ça pour dire que j'ai crĂ©e une page FB liĂ©e Ă  mon blog. Ce n'est pas la grosse rĂ©volution, je sais, mais j'ai trouvĂ© que c'Ă©tait une bonne idĂ©e.

Aussi, professionnellement parlant, j'ai dĂ©cidĂ© de prendre le taureau par les cornes. Au sens figurĂ© Ă©videmment car tu t'imagines bien qu'avec mon gabarit de gamine de 10 ans je ne me risquerais pas Ă  jouer la Wonder Woman (mais comment ça serait trop cool en vrai). RĂ©cemment, on m'a proposĂ© quelque chose de chouette, ce n'est pas du temps-plein mais dans mes cordes. C'est bizarre tu sais car je suis un peu nerveuse Ă  l'idĂ©e d'accepter, j'ai toujours cette petite apprĂ©hension de ne pas ĂȘtre Ă  la hauteur. C'est un sentiment que j'entretiens uniquement en France. D'ailleurs, prochainement, je te raconterais comment ma vie professionnelle Ă©tait trop chouette Ă  Toronto.


Sinon, j'ai plutĂŽt de la chance parce que je rencontre un tas de jolies personnes, je te parle de celles qui te veulent vraiment du bien et qui croient en toi. Alors je ne sais pas pourquoi mais de plus en plus souvent, Ă  la fin de nos discussions, ces mĂȘmes personnes m'encouragent et me disent qu'elles sont prĂȘtes Ă  me suivre. Pas au bout du monde mais dans le lancement d' un projet si jamais je me dĂ©cide Ă  en mettre un en place. Des idĂ©es j'en ai mais je rĂȘve surtout d'un truc libre, complĂštement libre, sans enjeu financier, sans arriĂšre-pensĂ©e et je m'en fous qu'on me traite de grande uthopique parce que c'est pas Ă  mon Ăąge que je vais changer. Merde.

Parfois je peux donner l'impression de ne pas prendre les choses au sĂ©rieux, je suis revenue du Canada avec un cĂŽtĂ© bisounours qui peut dĂ©concerter. Et certains peuvent y voir de la naĂŻvetĂ©. Alors que j'essaie simplement de retenir le positif car vois-tu, ma vie n'a pas Ă©tĂ© que paillettes et confettis parce que j'Ă©tais une expatriĂ©e. C'est simplement que je n'ai pas envie de rĂąler , de voir le mal partout et de me plaindre Ă  chaque contrariĂ©tĂ©, parce que un, ça ne sert Ă  rien, et que deux, ça pollue ma tĂȘte et mon Ă©nergie.


Alors mes vraies rĂ©solutions, c'est de continuer Ă  faire ce que je fais le mieux, c'est-Ă -dire m'Ă©merveiller comme une enfant, m'Ă©nerver quand on me dit ce que je dois faire, dire ce que je pense, trouver un copain bref, rester moi-mĂȘme. 

Bien souvent, on cherche Ă  nous imposer une façon d'ĂȘtre un peu passe-partout parce que tu comprends, faut rentrer dans des cases,  mais moi je n'ai pas appris Ă  vivre comme ça.

 Et si on me trouve atypique, tant mieux, c'est le plus beau compliment qu'on puisse me faire.


Deux mille seize, c'est fini.

mardi, janvier 03, 2017



L'an dernier, j'ai acheté un calendrier dont le principe était de décrocher des pétales en papier à chaque jour qui se terminait. J'ai eu envie de les conserver dans ce flacon. Parce que chaque jour compte, bon ou mauvais.

Les retrouvailles.

dimanche, décembre 11, 2016


Le 31 décembre je m'envole pour Berlin. Pas pour toute la vie mais pour 3 jours. J'y suis allée une fois mais ça remonte à quand j'avais dans le début de la vingtaine, tu sais, ça fait longtemps.

J'ai des amis un peu partout.

samedi, novembre 26, 2016



Y en qui sont accros Ă  la clope, Ă  la rĂ©ussite, au pouvoir, au travail, moi c'est aux gens. 

Je n'ai jamais Ă©tĂ© carriĂ©riste ou mĂȘme ambitieuse, ma seule ambition c'est de me sentir bien lĂ  ou je suis et d'ĂȘtre entourĂ©e de personnes qui me donnent le sourire, qui me font avancer. Jusqu'Ă  prĂ©sent, j'ai eu la chance de rencontrer des gens partout et d'un peu partout. J'ai Ă©coutĂ© des milliers d'histoires de vie, passionnantes, inspirantes, tristes, Ă©tonnantes, parfois j'y repense parce que je les conserve bien prĂ©cieusement, comme un trĂ©sor immatĂ©riel.

Ces années (pas si) perdues

vendredi, novembre 11, 2016


Quand on fait le choix de s'expatrier loin et longtemps, on ne sait pas trop quand et combien de fois on va voir sa famille, enfin si on s'en doute mais on prĂ©fĂšre ne pas trop y penser parce que partir (mĂȘme quand c'est voulu et mĂ»rement rĂ©flĂ©chi) c'est dĂ©jĂ  assez dur comme ça.

Budapest, la perle du Danube

vendredi, novembre 04, 2016


En juin dernier, j'ai eu la chance de rendre visite Ă  Kenza Ă  Budapest. Je sais que ça date un peu mais j'ai mis du temps Ă  faire dĂ©velopper ma pellicule. Parfois il m'arrive de faire la mĂȘme chose avec les cartes postales et de les envoyer 2 Ă  3 semaines aprĂšs mon retour. Mieux vaut tard que jamais !

Marseille, la surprenante

dimanche, octobre 09, 2016


J'aime beaucoup le sud de la France, ses cigales, sa chaleur, ses maisons aux couleurs pastels, son ambiance. Peut-ĂȘtre parce que j'ai adorĂ© les tomes des Souvenirs d'enfances de Pagnol, je me disais que la vie avait l'air douce lĂ -bas, qu'on devait toujours s'y sentir en vacances.

Rechercher dans ce blog

where to find me

Le blabla de Jasmin © . QUINN CREATIVES .